Aurélien Terrade © Laurent Bugnet
Aurélien Terrade © Laurent Bugnet
Chronique

1001 Notes qui sonnent très prometteuses…

par Marine Park-Dufour | le 16 décembre 2014

Depuis dix ans le Festival 1001 Notes en Limousin, qui se propose de démocratiser la musique classique, soutient des jeunes musiciens avec des actions de promotion et de formation via des programmes d’accompagnement comme Le Maître et l’Elève, qui, avec le Quatuor Debussy aux côtés du jeune Quatuor Arranoa, a abouti en 2013 à une tournée et à l’enregistrement de l’album Octuorissimo.

Ce lundi 8 décembre, à l’occasion de son rendez-vous parisien au Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet, le festival a accueilli de jeunes solistes issus de sa programmation et une invitée d’honneur : la pianiste Vanessa Wagner.

© Laurent Bugnet

© Laurent Bugnet

Dans une ambiance décontractée, les musiciens se sont produits dans un programme très varié allant du XVIIe siècle (Kapsberger) à aujourd’hui, avec deux œuvres de David Ianni, interprétées par le compositeur lui-même.

Pour le projet Envol 2015, le jeune pianiste Aurélien Terrade a présenté un extrait du Carnaval des animaux de Saint-Saëns et la première Gnossienne de Satie, avec beaucoup d’imagination et un souffle nouveau.

© Laurent Bugnet

© Laurent Bugnet

Pour le projet Romance Oubliée, la jeune violoncelliste Hermine Horiot, accompagnée de Ferenc Vizi au piano, a présenté des œuvres de Schumann et Dvořák pleines d’intensité — dommage que malgré l’interprétation soignée, le son ait pâti d’une mauvaise projection…

© Laurent Bugnet

© Laurent Bugnet

Après l’entracte, la deuxième partie nous a entraîné dans une ambiance chopinienne, sous les doigts de David Ianni : la création de sa série de Sept Valses Op. 77  a revisité l’univers du compositeur polonais avec un regard à la fois romantique et impressionniste.

© Laurent Bugnet

© Laurent Bugnet

La marquante première valse, évoquant la Grande Valse Brillante de Chopin, était suivie par une deuxième au caractère très vif ; une troisième nous invitait à une balade mélancolique à la manière d’un Nocturne. Les vagues d’arpèges de la main droite accompagnaient le chant en créant un monde sonore lumineux, se transformant en une étude rapide et virtuose pour se conclure dans une calme poésie.

David Ianni laisse un souvenir impérissable au public avec ses sept valses, remarquables tant sur le plan de l’écriture que de l’interprétation. A sa suite, Thibault Lebrun, pour le projet À l’aube, a joué la Ballade n°2 de Liszt avec une impresionnante vitalité et une grande précision.

© Laurent Bugnet

© Laurent Bugnet

Un peu de déception tout de même quant à Vanessa Wagner : si son nom était à l’affiche, ce n’était qu’en renfort pour la Danse slave de Dvořák, un des derniers morceaux du programme…

© Laurent Bugnet

© Laurent Bugnet

 

A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

A voir aussi