Ensemble Baroque Atlantique

Dir. Guillaume Rebinguet Sudre

L’Ensemble Baroque Atlantique signe son premier enregistrement avec ce programme dédié aux Sinfonie et Concerti de Johann Sebastian Bach, proposant des versions inédites spécialement écrites pour l’occasion.
Composée dans le style concertant, la sonate pour orgue BWV 530 se prête volontiers à la reconstruction du concerto pour deux violons et orchestre interprété dans cet enregistrement.
D’inspiration italienne, les Sinfonie des cantates BWV 4, BWV 12 et BWV 196 proposent un lien narratif fort entre les Concerti, créant un fil conducteur à la manière d’une cantate ou d’un opéra.
Au cœur de ce programme original, le célèbre concerto pour violon en la mineur BWV 1041 prend alors toute sa place.
Enfin, le concerto pour trois clavecins BWV 1064, transcrit pour trois violons
et orchestre conclut joyeusement ce programme taillé sur mesure pour les musiciens de l’EBA.
Comme tant d’autres à son époque, Bach écrivait pour des musiciens qu’il connaissait. C’est dans cet esprit que Guillaume Rebinguet Sudre a conçu ce programme et réuni
les musiciens de l’Ensemble Baroque Atlantique, proposant une interprétation vivante et spontanée de la musique de Bach.

« La beauté souveraine de la musique de Bach et son intensité expressive qui échappe aux mots semblent avoir guidé l’Ensemble Baroque Atlantique (….) Justesse du trait, précision des nuances, triomphe de la mélodie, motricité de la basse : pari tenu. »
Philippe Venturini – Classica, mai 2015 – 3 étoiles

 

Reconstituer un concerto d’après une sonate pour orgue : un rêve, une folie ?

Prendre la plume et réinventer une musique, J.S. Bach et bien d’autres le faisaient au XVIIIe siècle. Oser approcher le génie du maître allemand reste néanmoins une expérience bouleversante. Ses transcriptions sont en effet des modèles impressionnants. Tout en s’inspirant du style de Bach, il fallait pour ce projet laisser parler l’instinct et choisir les idées musicales spontanément pour retrouver
la fraîcheur et la sincérité d’une musique neuve.

Se glisser dans la peau du « compositeur-interprète » permet d’entrer dans l’intimité de l’œuvre. Son mécanisme profond apparaît, rien n’est jamais réellement figé,
tout continue d’évoluer perpétuellement et l’on renoue ainsi avec l’essence créative d’une musique du passé.

Au fil des saisons, il fallut écouter, oublier, retrouver, laisser vivre les idées et parfois les laisser mourir, paisiblement. Mais la plus grande joie est de façonner
une musique pour ceux qui nous sont proches et de la relier directement à l’émotion. Autant de témoignages qui invitent à vivre la musique autrement.

Guillaume Rebinguet Sudre (extrait du livret)

JS Bach – concerto pour deux violons BWV 530, 1er mouvement

A commander sur le site de l’Encelade