© Alexandra Forsteneichner
© Alexandra Forsteneichner
Chronique

Concert du gouverneur militaire de Paris 2014

par Cinzia Rota | le 17 octobre 2014

Concert du Gouverneur militaire de Paris
Mercredi 15 octobre 2014
Cathédrale Saint Louis des Invalides, Musée de l’Armée

 

Elizabeth Cooper, piano et direction d’orchestre

Musique de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris
Mehdi Lougraïda, direction d’orchestre
Julien Voisin, direction d’orchestre

Marie Cubaynes, mezzo-soprano
Philip Bride, violon
Philippe Pierlot, flûte
Tous les ans dans la Cathédrale Saint Louis des Invalides, se tient le Concert du gouverneur militaire de Paris, au bénéfice de l’association Terre Fraternité, qui vient en aide de nos soldats, blessés ou morts en combat, et de leur familles.

Le programme de cette année a alterné la musique symphonique, avec l’Orchestre des Sapeurs Pompiers de Paris, à celle de chambre avec la pianiste et chef d’orchestre Elizabeth Cooper et les solistes invités.

Après l’Hymne National le public se rassoit pour écouter la voix grave et ronde de la mezzo-soprano Marie Cubaynes dans le Können Tränen Meiner Wangen (Ni mes plaintes ni mes larmes) de la Passion selon Saint Matthieu de Bach, accompagnée au piano par Elizabeth Cooper.

Marie Cubaynes © Meti Jori Agency

Marie Cubaynes © Meti Jori Agency

Dans l’adagio molto espressivo du « Printemps » de Beethoven (Sonate n° 5), la brillance des aigus du piano met en valeur le son chaleureux du violon de Philip Bride, premier violon solo de l’Orchestre de chambre de Paris.

Philip Bride © Orchestre de chambre de Paris

Philip Bride © Orchestre de chambre de Paris

L’Orchestre des Sapeurs Pompiers de Paris, dirigée par Mehdi Lougraïda, nous montre ensuite toute sa puissance, en particulier celle de ses percussions, dans les Pins de Rome de Respighi, jusqu’à nous faire trembler, sous les pas de la légion avançant sur la « Voie Appienne« .

Deux minutes de silence clôturent l’air pantomime de la Scène des Champs-Élysées d’Orphée et Eurydice de Glück, en hommage aux soldats morts en combat, puis la musique reprend avec la Sonate pour flûte et piano de Poulenc où les belles nuances du piano et le son riche de la flûte de Philippe Pierlot, première flûte solo de l’Orchestre national de France, en soulignent les différentes atmosphères.

L’orchestre revient sur scène pour nous amener dans le New York des années 50, avec les Danses symphoniques de Bernstein, tirées de West Side Story. L’énergie qu’il dégage, sous la baguette de Julien Voisin, est très appréciée par le public qui se retient de claquer des doigts au rythme de la musique.

Elizabeth Cooper dirige ensuite l’Arlésienne de Bizet, s’achevant par la célèbre Farandole, qui résonne pleinement dans la Cathédrale.

En rappel, c’est Rencontre, composition de Cooper même, qui fut chorégraphiée par Marie-Claude Pietragalla et Marie-Agnès Gillot, qui clôture le concert sur une note intimiste.

Musique de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris © Caporal F. Coune

Musique de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris © Caporal F. Coune

Depuis toujours, les musiciens, civils ou militaires, sont des acteurs incontournables de l’entre-aide civique dans un double rôle : en partageant la beauté et la joie de la musique avec des personnes qui n’y ont pas accès, dans des lieux comme les hôpitaux ou les prisons et en mettant leurs compétences au service de projets de solidarité comme celui de ce concert.

Si vous organisez ou connaissez des initiatives similaires, écrivez-nous à : contact [at] classicagenda.fr

 

En savoir plus :

Association Terre Fraternité
Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris
Elisabeth Cooper
Musée de l’Armée

A propos de Terre Fraternité

L’association Terre Fraternité vient en aide aux blessés en service de l’Armée de Terre, à leurs familles et aux familles des soldats morts en service.

Terre Fraternité intervient sur plusieurs fronts : de la réponse d’urgence, la prise en charge, des frais des familles souhaitant se rapprocher du conjoint (ou enfant) hospitalisé, jusqu’à soutenir dans la durée, les conjoints survivants et les orphelins. Elle intervient également en aidant les blessés à se reconstruire physiquement et psychologiquement, et en soutenant financièrement des initiatives dans le domaine du handicap et du handisport.

Dans son action, Terre Fraternité s’appuie sur deux partenaires principaux : la cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre (CABAT), structure dépendant du Gouverneur Militaire de Paris, qui permet d’identifier les besoins et de suivre les blessés et les orphelins dans la durée et l’association pour le développement des œuvres d’entraide dans l’Armée (ADO).
En 2013, Terre Fraternité a pu utiliser environ 400000€ pour soutenir 70 blessés (individuellement ou collectivement), 75 veuves et 109 orphelins.

L’association a choisi de ne demander ni recevoir aucune subvention de l’Etat, même si son importance dans le dispositif associatif est pleinement reconnue par le ministre de la Défense. Ses revenus proviennent essentiellement de la mobilisation de l’armée de terre, ses chefs, ses unités, ses personnels mais aussi du soutien de partenaires de droit privé (associations, groupes mutualistes, industriels,…).

L’Orchestre des Sapeurs-Pompiers de Paris

La Musique de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris est un orchestre dont les missions premières sont de renforcer le caractère solennel des cérémonies de la BSPP et la représenter en France et à l’étranger. Il s’agit de la deuxième formation de l’Armée de Terre, par son effectif, son importance et la professionalité de ses musiciens, tous issus de Conservatoires supérieurs.

L’orchestre participe à différents événements, civils et militaires : des cérémonies protocolaires aux cérémonies religieuses lors des obsèques des sapeurs-pompiers de Paris disparus, aux concerts et manifestations de plein air au service de municipalités, jusqu’à se produire à fin de de récolter des fonds pour des oeuvres sociales ou des associations. Sa formation a une large souplesse et peut s’organiser en formation militaire, orchestre d’harmonie, batterie-fanfare, big band, musique de rue et en petits ensembles divers (quatuor de clarinettes, de saxophones, quintette à vent, de cuivres…).

A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

A voir aussi