© Musique et Vin au Clos Vougeot
© Musique et Vin au Clos Vougeot
Chronique

Yo-Yo Ma dans les vignes : le Festival du Clos Vougeot

par Cinzia Rota | le 29 juin 2015

La 8e édition du Festival du Clos Vougeot s’est achevée ce weekend, placée sous le signe de la convivialité et de la célébration de deux langages universels : la musique et le vin.

Depuis 8 ans maintenant, au Château du Clos Vougeot, musique classique et grands crus bourguignons font bon ménage. Bien au delà de son évidente couleur locale, cette institution souhaite mettre en valeur les parallèles entre ces deux univers, qui enchantent nos sens et nos âmes.
Il est agréable de se plier à l’exercice de la compréhension de ces deux formes de création en compagnie des musiciens, des vignerons et de nos proches, moments qui promettent des souvenirs impérissables.

C’est en présentant le concert de son ami et collègue Yo-Yo Ma, que David Chan, directeur artistique de Musique et Vin au Clos Vougeot, nous rappelle cette idée de partage et d’amitié dont le festival se nourrit. Cet événement réunit les passionnés de musique et de vin mais également un grand nombre de vignerons bourguignons qui viennent rencontrer leurs collègues et discuter avec le public au cours de dégustations dans l’ancienne Cuverie du Château, avant de se réunir pour le concert du soir.

© Musique et Vin au Clos Vougeot

© Musique et Vin au Clos Vougeot

Ce n’est pas un hasard qu’à l’origine du festival, il y ait la rencontre entre Bernard Hervet, professionnel du vin et mélomane et David Chan, grand violoniste et amoureux des crus bourguignons. De leur amitié et leur envie de partager leurs passions est né ce festival qui réunit sur scène des musiciens français, américains, chinois, jeunes ou plus accomplis.

La transmission et le soutien sont au coeur du projet : tous les ans, deux bourses sont attribuées à de jeunes musiciens qui sont ensuite invités à jouer au festival, aux côtés des solistes du Metropolitan Opera de New York. Lors de la clôture de Musique et Vin au Clos Vougeot, une vente aux enchères de grands crus est organisée pour financer le prêt d’instruments car, comme le souligne David Chan : « La carrière d’un instrumentiste dépend aussi de la qualité de son instrument.»
On voit donc les jeunes lauréats ouvrir cette édition et le public est rapidement conquis par le timbre velouté de la flûte de Mathilde Caldérini et par son jeu précis et dynamique. Si cette brillante flûtiste, Premier Prix du Concours de Kobe au Japon en 2013, se montre aussi convaincante en soliste qu’en chambriste, le baryton Yunpeng Wang est tout aussi complet et passe avec aisance du rire aux larmes et de l’italien au français. Nous retrouvons cet artiste expressif et charismatique parmi les membres du programme Lindemann pour les jeunes artistes du Metropolitan Opera de New York, où l’on pourra l’écouter en 2016.

Mais les grandes stars ne manquent pas à l’appel, comme Yo-Yo Ma qui, dans le Grand Cellier du Château du Clos Vougeot, nous offre une interprétation de la troisième suite pour violoncelle en ut majeur de Bach rendue encore plus saisissante par son évidente envie de communiquer avec le public. A l’issue de la suite, sous prétexte d’un manuscrit récemment retrouvé, il mélange Bach à une mélodie bourguignonne qui finit par faire chanter toute la salle.

Toujours dans cet esprit de fête et de partage, nous retrouvons le maestro, au pupitre de second violoncelle, au sein d’un quintette formé par David Chan et Catherine Ro aux violons, Dov Scheindlin à l’alto et son jeune collègue Bruno Delepelaire au violoncelle.

Dès la première note, les propos de Chan sur le partage et l’amitié prennent instantanément tout leurs sens : l’alchimie entre les interprètes est évidente, les thèmes du quintette pour cordes en ut majeur de Schubert circulent tout naturellement dans les pupitres. Violon et violoncelle semblent à certain moments ne plus faire qu’un, les nuances sont tellement bien conduites que certains sons paraissent jaillir de nulle part.
La virtuosité laisse ensuite la place à la fête et le public se retrouve à nouveau debout pour chanter un hymne à la région, qui nous fait sentir tous un peu plus bourguignons et nous donne envie de faire honneur à leur crus.

D’autres interprètes, tels qu’Angelika Kirchschlager, Gautier Capuçon et Jean-Yves Thibaudet se sont succédés ici, jusqu’au concert de clôture de l’orchestre éphémère des Climats de Bourgogne, qui réunit des musiciens provenant des plus prestigieux ensembles du monde dans le but de faire inscrire ces parcelles viticoles au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 


Musique et Vin au Clos Vougeot


Les Solistes du MET

David Chan, violon et directeur artistique
Dov Scheindlin, alto
Catherine Ro, violon
Dov Scheidlin, alto

Les artistes invités
Maurizio Benini, direction
Gautier Capuçon, violoncelle
Bruno Delepelaire, violoncelle
Charles Hervet, violoncelle
Ben Hong, violoncelle
Angelika Kirchschlager, mezzo-soprano
Yo-Yo Ma, violoncelle
Marlis Petersen, soprano
Matthew Polenzani, ténor
Jean-Yves Thibaudet, piano

Quintette Die Wiener
Stefan Neubauer, clarinette
Günter Seifert, violon
Raimund Lissy, violon
Michael Strasser, alto
Eckhart Schwarz-Schulz, violoncelle

Jeunes Talents 2015
Mathilde Caldérini, flûte
Yunpeng Wang, baryton

 

A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

A voir aussi