© Valerie Oberreiter
© Valerie Oberreiter
Chronique

Le souffle du Nord

par Ernest | le 2 décembre 2014

Les maîtres de Johann Sebastian Bach

Louis-Noël Bestion de Camboulas, actuellement artiste en résidence à l’Abbaye de Royaumont sur l’orgue Cavaillé-Coll, nous a proposé un programme autour des sources inspiratrices de Johann Sébastien Bach en l’église Saint Séverin de Paris.

Ont été interprétées des œuvres de Jan Pieterszoon Sweelinck, Heirich Scheidemann, Dietrich Buxtehude et Georg Boehm avant de conclure évidemment par Bach, avec l’inusable Fantaisie et Fugue en sol mineur, BWV 542 : un programme adapté à la facture de l’orgue de St Séverin, terminé en 1745 et donc contemporain de Bach.

Ce fut un concert très intéressant, pendant lequel on a pu retrouver les motifs et les formes qui ont marqué Bach, soulignés avec subtilité par l’interprète. Cet exercice permet de rendre hommage à tous ces compositeurs qui ont certainement leur part de responsabilité dans la production du cantor de Leipzig, et de rappeler une fois de plus le travail phénoménal de formalisation et de synthèse qu’il a effectué.

A noter les interprétations particulièrement convaincantes des quatre chorals sur le thème de Vater unser im immelreich par Buxtehude et Boehm, qui ont permis de mettre en valeur les jeux solo de l’orgue de St Séverin ainsi que la grande maîtrise des nuances de Louis-Noël Bestion de Camboulas.

Rappelons que de nombreux concerts sont désormais proposés à Saint Séverin : une jeune association, Plein Jeu à Saint Séverin, lancée en 2013 avec l’appui d’Olivier Latry, organiste titulaire du Grand Orgue de Notre Dame de Paris, œuvre à dynamiser la vie culturelle à travers l’organisation de concerts d’orgue.

© Romanceor  [CC], Wikimedia Commons

L’orgue de Saint Sévérin © Romanceor [CC], Wikimedia Commons

A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

A voir aussi