Michel Chapuis à l’orgue de Riepp de la collégiale de Dole © Le Progrès - 1988
Michel Chapuis à l’orgue de Riepp de la collégiale de Dole © Le Progrès - 1988
Interview

“Michel Chapuis était un Maître au sens le plus noble du terme”, interview avec l’organiste Vincent Warnier

par Julien Bordas | le 20 novembre 2017

Depuis la disparition de l’organiste Michel Chapuis le 12 novembre 2017 à Dole, les hommages se multiplient dans le monde de l’orgue. Virtuose, pédagogue, improvisateur, facteur d’orgue, musicologue… l’artiste laisse un héritage précieux pour tous les musiciens et mélomanes, ne serait-ce que par sa contribution au renouvellement du répertoire du XVIIème et XVIIIème, mais pas seulement !
Nous avons rencontré l’un de ses élèves, l’organiste Vincent Warnier, titulaire de l’orgue de l’église Saint-Etienne-du-Mont à Paris, afin d’évoquer cette personnalité hors du commun.

 

A quelle occasion avez-vous connu Michel Chapuis ?

Je l’ai rencontré alors que j’étais âgé de 15 ans. Je participais à un cours de Maître qu’il donnait à l’église Saint-Maximin de Thionville qui abrite un magnifique instrument construit par Alfred Kern.
Je n’étais alors pas très avancé dans mes études d’orgue, étant surtout pianiste à l’époque. Michel Chapuis m’a écouté avec beaucoup de bienveillance dans le Cromorne en Taille de Couperin et j’ai été ébloui par son savoir et sa nature profondément musicale. La veille il avait donné un somptueux récital et j’entends encore sa façon fulgurante d’interpréter la Toccata « dorienne  » et Fugue BWV 538 de Bach. La poésie et le feu réunis!
J’ai été très ému d’entendre, en 2010 et sur les ondes de France Musique, le récit de cette rencontre par Chapuis lui-même qui se souvenait du jeune organiste que j’étais alors!
Je suis devenu son élève au Conservatoire National Supérieur de Paris par la suite.

Vincent Warnier © David Duchon-Doris

Vincent Warnier © David Duchon-Doris

Il n’était pas seulement un organiste exemplaire, le musicien vouait une véritable passion pour la facture d’orgue. Quelles idées défendait-il ? Quelles ont été ses principales réalisations ?

Michel Chapuis avait étudié la facture d’orgue dans sa jeunesse. Cet aspect était très important pour lui, car il permet d’aborder la problématique de l’orgue dans sa globalité. Il était donc extrêmement compétent et sa voix d’expert était écoutée et respectée.
Il était très attaché à la conservation du patrimoine et s’opposait aux massacres d’instruments historiques qui étaient monnaie courante au début de sa carrière. Il fut l’un des militants les plus déterminés de l’Association Française pour la sauvegarde de l’Orgue Ancien.
Il s’intéressait à toutes les esthétiques d’instruments et déjouait l’idée reçue qui voulait qu’il ne défendît que les orgues des XVIIe et XXVIIIe siècles. À titre d’exemple, il vouait une passion à la facture d’Aristide Cavaillé-Coll. On lui doit une restauration de première importance à Paris : celle de l’orgue de Saint-Séverin à Paris en collaboration avec Alfred Kern, historique à plus d’un titre.

Comment son interprétation « historiquement informée » du répertoire du XVIIème et XVIIIème siècle a-t-elle trouvé un écho en France, à une époque où l’enseignement de Marcel Dupré était respecté ?

Dès les années 1955/56, il donna plusieurs concerts à Paris, notamment à Saint-Nicolas-des-Champs en faisant entendre au public une façon nouvelle de jouer la musique des Maîtres francais du Grand Siècle, avec ces fameuses notes inégales et cette ornementation renouvelée et expressive. Les tenants de l’enseignement de Dupré ne jouaient pas cette musique. Les tenants de l’orgue néoclassique prirent eux aussi un sérieux « coup de vieux » devant les interprétations dynamiques et si personnelles de Chapuis. D’autres jeunes talents comme André Isoir et Jean Boyer empruntèrent le même chemin initié par Michel Chapuis.
Le disque allait aussi asseoir la réputation internationale de cet artiste incroyable en diffusant largement son jeu si personnel. Ses albums Couperin, Marchand qui pour certains ont plus de 50 ans n’ont pas pris une ride!

 

Vous avez été son élève durant 3 ans, comment se déroulait un cours au Conservatoire de Paris ? Que retenez-vous de son enseignement ?

Michel Chapuis était un Maître au sens le plus noble du terme. Il nous apprenait à nous servir au mieux d’un orgue grâce à son art incomparable de la registration. Il était un coloriste hors-pair !
Il dispensait un enseignement humaniste qui convoquait tous les champs culturels, stylistiques, philosophiques et phénoménologiques pour nourrir notre interprétation et pour trouver notre voie. Il n’imposait rien et nous ouvrait toutes les portes. Il était un puits de science, mais ses connaissances étaient toujours au service de l’expression et de l’émotion musicale. Ajoutons qu’il avait un humour très subtil et il ponctuait ses cours d’anecdotes souvent très drôles.

© DR

© DR

Finalement, que nous conseillez-vous d’écouter aujourd’hui parmi la discographie de Michel Chapuis ?

Sa discographie est très riche et d’une grande qualité. Je conseillerais son Intégrale Bach, si vivante et colorée. Son Intégrale Buxtehude est la meilleure que je connaisse : espérons qu’elle soit bientôt rééditée ! Bien entendu il faut connaître ses Couperin à Saint-Maximin en Provence et Pertuis, son Grigny à Belfort, monuments de fraîcheur et d’inspiration.




A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

[wpdevart_facebook_comment curent_url="http://www.classicagenda.fr/michel-chapuis-vincent-warnier/" order_type="social" title_text="" title_text_color="#000000" title_text_font_size="22" title_text_font_famely="monospace" title_text_position="left" width="100%" bg_color="#ffffff" animation_effect="random" count_of_comments="5" ]

A voir aussi