Parsifal à l'Opéra des Flandres © Annemie Augustijns
Parsifal à l'Opéra des Flandres © Annemie Augustijns
Chronique

De chair et de sang : le Parsifal de Tatjana Gürbaca à l’opéra des Flandres

par Cinzia Rota | le 27 mars 2018

L’Opéra des Flandres présente actuellement à Anvers Parsifal dans la mise en scène de Tatjana Gürbaca de 2013 avec Erin Caves, Tanja Ariane Baumgartner, Stefan Kocan, Christoph Pohl, Kay Stiefermann et Markus Suihkonen

 

Désigné « Meilleure production de l’année Wagner » aux Opera Awards de Londres, le Parsifal de Tatjana Gürbaca frappe par ses décors extrêmement épurés et pas l’absence de références religieuses évidentes. Au centre du tout se trouvent les hommes habitant deux mondes séparés, dont le seul lien est représenté par Kundry, femme mystérieuse et aux multiples facettes.

 

Au coeur du Graal

Toute l’action est englobée par une parois circulaire, donnant l’effet de se trouver l’intérieur de la Coupe Sacrée contenant le sang du Christ, dont l’écoulement sur des parois blanches et lucides apparaît comme un miracle aux hommes (et femmes !) qui l’observent en admiration.
Pour Amfortas et Kundry, qui respectivement l’étalent sur le mur ‎au premier et au troisième acte, le fluide rouge prend une toute autre connotation, plus sombre, plus humaine, plus primitive. S’agit-il du sang d’une blessure qui tue peu à peu, ou du sang menstruel, symbole de la fonction biologique des êtres humains et de leurs instincts charnels ?

C’est pendant le prologue du premier acte, où l’on voit Amfortas céder aux avances de Kundry que le sang commence à couler, sous les lumières percutantes de Stefan Bolliger.

D’autres symboles à la fois religieux et humains sont présents sur scène, comme les cygnes/enfants, dont le blanc des vêtements en souligne la pureté, ou encore l’eau, évoquant la purification baptismale.
Parsifal, « l’innocent au cœur pur », tue le cygne en jetant un seau de sang sur l’enfant, qui se retrouve par terre dans un bain rouge particulièrement dérangeant.

Parsifal à l'Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

Parsifal à l’Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

Un plateau persuasif et dynamique

On retrouve encore les enfants dans le chœur, dont le chant spatialisé confère une aura de spiritualité et d’absolu au rassemblement des chevaliers du Graal. Ces derniers offrent aussi une prestation très impressionnante : unis, ils donnent voix à Titurel (par Markus Suihkonen caché derrière la scène), ou encore ils deviennent foule menaçante et aveugle (rappelant les outrages au Christ), aux dépens d’Amfortas, qui a osé être un individu.

Une mention spéciale va également aux femmes du Koor Opera Vlaanderen qui, guidées par les Filles-Fleurs (les charmantes Anat Edri, qui était récemment Yniold dans Pélléas et Mélisande toujours ici à Anvers, Britt Truyts, Lies Vandewege, An De Ridder, Hanne Roos et Zofia Hanna) amènent le printemps sur la scène, en dynamisant et réjouissant la lugubre atmosphère de désespoir et de résignation du deuxième acte.

Parsifal à l'Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

Parsifal à l’Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

L’Amfortas de Christoph Pohl est puissant et tragique à la fois, et son humanité imparfaite suscite la compassion. Narrateur éloquent, même si peu fiable, le Gurnemanz de Stefan Kocan, coincé dans un fauteuil roulant, nous accompagne dans le récit avec sa voix profonde et large et son phrasé d’une belle musicalité. Au final, il est le seul à avoir pitié de Kundry et Amfortas, et devient leur lien dans la mort.

 

Une séparation contre-nature des hommes et des femmes
Dans une unité de décors, le royaume de Klingsor (par un expressif et inquiétant Kay Stiefermann) est peuplé des femmes âgées habillées pour la fête, en attente de leurs contreparties masculines.

Les deux univers souffrent tout autant de la séparation des hommes et des femmes, dans une chasteté choisie ou de circonstance, dont Klingsor représente l’extrême, s’étant éviré pour échapper au désir.

Parsifal à l'Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

Parsifal à l’Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

La séduction est incarnée par Kundry, interprétée par une superbe Tanja Ariane Baumgartner, qui affronte avec naturel la large tessiture du rôle et nous délecte avec sa voix veloutée. Femme aux multiples facettes, elle est crédible dans chacune d’entre elles : sauvage et masculine dans des bottes en caoutchouc, fatale dans sa robe blanche de nuit, mère protectrice et sainte (étant à la fois la Vierge Marie attendant le Christ et le Saint Graal), et enfin héroïne condamnée au martyre.

À la baguette de l’orchestre symphonique de l’Opéra des Flandres, Cornelius Meister choisit un tempo rapide, qui en seulement quatre heures nous fait parcourir ce festival scénique sacré. Sa direction est percutante et éloquente, jamais mièvre ou pompeuse.

Parsifal à l'Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

Parsifal à l’Opéra des Flandres © Annemie Augustijns

Le Parsifal d’Erin Caves est également très crédible, naïf et détestable au début, résolu mais plein d’humanité avec Kundry, souffrant en portant la Sainte Lance comme une lourde croix, puis ridicule à la fin, où au lieu de guérir Amfortas avec la relique sacrée, il lui inflige une seconde blessure, cette fois mortelle.

Sous les regards adorants des chevaliers du Graal, devenus des grotesques fanatiques, Parsifal est revêtu d’une armure disportionnée qui le fait ressembler plus à un Don Quichotte qu’à un guerrier héroïque, pendant que l’Homme et la Femme deviennent offrande pascale.
En se penchant uniquement vers l’intangible et en condamnant le biologique, la communauté réligieuse aurait-t-elle oublié l’humain ?

 


RESERVER

Parsifal
Richard Wagner (1813 — 1883)
Opéra Ballet Vlaanderen

Direction : Cornelius Meister
Mise en scène : Tatjana Gürbaca
Décors : Henrik Ahr
Costumes : Barbara Drosihn
Lumières: Stefan Bolliger
Chef des choeurs : Jan Schweiger
Dramaturgie : Bettina Auer
Parsifal : Erin Caves
Kundry : Tanja Ariane Baumgartner
Gurnemanz : Stefan Kocan
Amfortas : Christoph Pohl
Klingsor : Kay Stiefermann
Titurel : Markus Suihkonen
Premier Cavalier du Graal : Dejan Toshev
Deuxième Cavalier du Graal : Markus Suihkonen
Premier écuyer : Anat Edri
Deuxième écuyer : Lies Vandewege
Troisième écuyer : Denzil Delaere
Quatrième écuyer : Stephan Adriaens
Voix d’en haut : Tanja Ariane Baumgartner
Filles-fleur: Anat Edri, Britt Truyts, Lies Vandewege, An De Ridder, Hanne Roos, Zofia Hanna
Symfonisch Orkest Opera Vlaanderen
Koor Opera Vlaanderen
Kinderkoor Opera Vlaanderen

RESERVER




A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

[wpdevart_facebook_comment curent_url="http://www.classicagenda.fr/parsifal-tatjana-gurbaca-caves-baumgartner/" order_type="social" title_text="" title_text_color="#000000" title_text_font_size="22" title_text_font_famely="monospace" title_text_position="left" width="100%" bg_color="#ffffff" animation_effect="random" count_of_comments="5" ]

A voir aussi