Parution
Le 17 décembre 2014 par Cécile Colline-Duchamp
3700551765737_600

Fauré – Bonis : un exemple d’élégance pour la musique de chambre

Quatuor Giardini
David Violi, piano
Pascal Monlong, violon
Caroline Donin, alto
Pauline Buet, violoncelle
Evidence Classics, 2014

Deux œuvres – dont on découvre le premier Quatuor avec piano de Mél Bonis avec bonheur – symbolisant l’élégance à la française sont interprétées avec délicatesse et attention par les quatre musiciens du Quatuor Giardini.

Mél Bonis était une enfant prodige. De son vrai prénom Mélanie, condisciple de Debussy et de Pierné au Conservatoire, elle signait « Mél » pour pouvoir en quelque sorte faire partie du milieu musical qui était essentiellement masculin et dans lequel elle fait preuve de son talent, en étant admise à la Société des Compositeurs, mais encore, elle en devient le secrétaire.

Élève brillante dans sa jeunesse, c’est César Franck qui l’introduit au conservatoire en 1876 où elle assiste en auditrice à sa classe. Quand ses parents s’opposent à son mariage avec un camarade de classe, elle est contrainte de quitter l’institution, renoncer à la musique et se plier à un mariage arrangé par sa famille avec un homme de 25 ans son aîné. C’est beaucoup plus tard qu’elle reviendra à la composition et laissera ainsi de nombreuses œuvres : plus de soixante pièces pour piano, une trentaine d’œuvres pour orgue, onze pièces orchestrales, une importante production pour la voix (mélodies, musique sacrée polyphonique…), et une vingtaine de musiques de chambre dont deux quatuors avec piano.

On commence à découvrir véritablement ses productions depuis une dizaine d’années, grâce à de jeunes interprètes comme le Quatuor Giardini qui met en valeur ici l’élégance et la fluidité de lignes mélodiques, dans une belle harmonie entre les quatre instruments. Quelques références à Franck et à Fauré, ou encore à Saint-Saëns, n’empêchent nullement la compositrice de faire épanouir sa propre inspiration. La musique, raffinée (Moderato) gracieuse (Intermezzo), nostalgique et touchante (Andante) mais aussi passionnée et quelque peu tragique (Finale), reprend vie à travers le clavier et les coups d’archets à la fois délicats et énergiques. Comme en miroir du Quatuor de Fauré (le sérieux du première mouvement, la légèreté du Scherzo, l’ampleur de l’Adagio et l’enthousiasme de l’Allegro final), les Giardini nuancent les propos de Bonis avec beaucoup de soin et d’attention, en parfaits connaisseurs de la musique française de cette époque charnière.

Par Cécile Colline-Duchamp


Le quatuor avec piano Giardini est fruit de la complicité musicale et humaine de Caroline Donin, Pauline Buet, Pascal Monlong et David Violi qui abordent le répertoire du quatuor avec piano avec exigence et enthousiasme.
Leur particularité est de s’investir aussi dans la redécouverte d’un répertoire méconnu et de défendre des compositeurs moins interprétés comme Félicien David, Théodore Dubois, mais aussi Marie Jaëll et Mélanie Bonis… compositrices doublement délaissées de la postérité à cause de leur féminité. Formation ouverte, et sensible à l’art de la transcription, le quatuor Giardini aime également s’associer à la voix pour aborder le répertoire de la mélodie, comme dans le programme « Au pays où se fait la guerre » : collaboration avec le Palazzetto Bru Zane et le mezzo-soprano Isabelle Druet.


Fauré – Bonis

Gabriel Fauré (1845-1924)
Quatuor avec piano n° 1, op. 15

Mel Bonis (1858-1937)
Quatuor avec piano n° 1, op. 69

Quatuor Giardini
David Violi
, piano
Pascal Monlong, violon
Caroline Donin, alto
Pauline Buet, violoncelle.

Enregistré à l’Arsenal de Mets en décembre 2013.
Durée : 55’15

Evidence Classics, 2014 (EVCD004)

ACHETER


Découvrez l’album

A voir aussi