Marie-Brigitte Griès de la Barbelais & Fabien Chavrot © Les Tuyaux à Cordes
Marie-Brigitte Griès de la Barbelais & Fabien Chavrot © Les Tuyaux à Cordes
Chronique

Entre tuyaux d’orgue et cordes de piano

par Ernest | le 9 août 2016

Le duo « Les Tuyaux à Cordes » formé par Marie-Brigitte Griès de la Barbelais et Fabien Chavrot propose un assemblage peu courant : des concerts pour orgue et piano. Actuellement en tournée en Normandie, leur dernier concert dans la Basilique Notre-Dame de Bonsecours, sur les hauteurs de Rouen, a été l’occasion de se produire dans un lieu magnifique tant pour ses peintures murales que pour ses vitraux dans un état remarquable.

Comment deux instruments aussi imposants parviennent à cohabiter ensemble ? Ce concert proposé par le duo nous permet de réaliser l’étonnante complémentarité de la chaleur de l’instrument roi et la diversité de l’instrument orchestre.

Les œuvres interprétées, souvent des transcriptions adaptées pour la circonstance, mettent en exergue cette dualité : tantôt le piano et l’orgue dialoguent en se répondant l’un à l’autre, tantôt leurs sonorités se marient, produisant un mélange d’une plénitude, d’une richesse peu habituelle.

L’expérience commune des deux artistes bien visible dans leur complicité, leur permet de nous transmettre un message clair venant comme d’un seul chef d’orchestre, ce malgré les conditions d’éloignement entre la tribune de l’orgue et le piano qui sont défavorables.

Ce concert peut par ailleurs être vu comme une invitation à créer des passerelles entre le monde des organistes et celui des pianistes, en proposant également des pièces pour orgue seul, piano seul, piano à quatre mains, orgue à quatre mains (et quatre pieds !).

L’ouverture du concert, par la Rhapsody de Henry Desmarest, annonce la couleur : sa vigueur, son alternance de réponses, nous entraîne et pourrait nous rester en tête bien après le concert !
À noter également l’Andante Religioso du Concerto Gregoriano de Pietro Yon qui, le temps d’une excursion outre-Atlantique, met en avant le contraste des attaques du piano face à la mélodie lancinante tenue par l’orgue.
Difficile enfin de rester insensible au Casse-Noisette de Pyotr Ilyich Tchaikovsky pour la virtuosité de son interprétation à quatre mains et ses contrastes.
Ce fut un riche programme romantique en accord avec l’orgue Cavaillé-Coll de la Basilique Notre-Dame de Bonsecours.

 


La tournée estivale du duo s’achèvera à Paris en l’église Saint-Jean de Montmartre les 13 et 14 Août 2016. Le site officiel

A propos de l'auteur

Ses derniers articles

Vos commentaires

A voir aussi